NEWS :

1er Sept.

decoupageshop.ru : foire aux questions
54 réponses
à tes questions !

9 sept.

181 histoires
+7
en accès
avant-première.

C’est quoi cet accès ?


Valable pour 2020,
Simple,
En CB ou Paypal,
Discret.

decoupageshop.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Travail en s'amusant

J’observe l’immense étendue de pièces montées et de plats savamment dressés, alignés devant moi. Je soupire; encore un job de plus à servir les autres pour gagner de l’argent.

– Dépêchez-vous, les invités de mon fils vont arriver, je vous veux en tenue dans cinq minutes.

Je lâche discrètement un juron, histoire de ne pas choquer mon employeur. Ce n’est pas souvent que je peux gagner autant en une soirée, travailler pour un riche privé rapporte. Je dois seulement faire attention à mon éducation.

Je repense encore une fois à la manière dont j’ai été recruté, en recevant directement chez moi une lettre “d’embauche”, avec la proposition de job. D’après le contenu, mes talents avaient été remarqués. N’importe qui est prêt à accepter d’être serveur à une soirée mondaine, pour laquelle je m’engageais au secret professionnel. Surtout, les deux milles euros payés d’avance, avec promesse de bonus, étaient très alléchants…

Alors malgré la chaleur étouffante et le léger changement de programme par rapport à ce pourquoi j’ai été techniquement engagé, je me retrouve à une fête costumée dans une baraque où rien que la cuisine est plus grande que mon appartement.

– Vous n’êtes toujours pas prêt ? Ahlala, ces poupées gonflées… rien dans la tête.

Je me retiens de lui coller une baffe ou de l’insulter, ils nous en apprennent des belles en fac de médecine. L’air effronté, je me change devant lui, qui garde son air hautain et blasé. J’enfile ensuite le pantalon rouge, les bottes noires, et le chapeau de père Noël - pas trop la saison en juillet me direz vous, mais les caprices de riche, ça ne se discute pas.

Je suis donc quelques minutes plus tard fin prêt et assis à côté d’un sapin décoré, entouré de cadeaux volumineux, perché sur un espèce de trône, dont le sens m’échappe totalement : dans les grands magasins, pendant les fêtes de fin d’années, il est éventuellement sur des marches. Là, il est coincé entre deux, comme pour surélever les enfants qui voudraient une photo avec le bonhomme rouge.

Lorsque les fameux invités arrivent, certains s’exclament en me voyant. A croire que ce n’est pas tous les jours, malgré leur pognon, qu’ils peuvent admirer un jeune sportif sculpté, au corps élancé, déguisé en père Noël exhibitionniste. Le sosie plus jeune de mon employeur semble d’ailleurs hésiter entre la pile de cadeau et mes biceps arrondis. Il n’aurait pourtant rien à m’envier, vu sa carrure ! Quant à sa chevelure brune - absente chez son paternel - elle est négligemment coiffée en pics, qu’il recoiffe toutes les dix secondes environs. D’ailleurs, tous ses amis sont jeunes et athlétiques - la jeunesse doré prend soin d’elle!

Il se décide à s’assoir sur mes genoux, les fesses piles sur ma bosse, et commence à s’agiter, tout en me caressant sous toutes les coutures :

– Alors sexy papa Noël, j’ai été bien sage, je peux ouvrir les cadeaux?

A se trémousser comme ça, c’est un autre cadeau que je vais lui faire ouvrir, si c’est ce qu’il cherche… Je joue le jeu pour augmenter le bonus de fin de soirée :

– Ah oui, tu es sûr ? Tu mérites tout ça ?

– Oh oui, je suis très obéissant !

Mais c’est qu’il me met la gaule, ce petit con ! Je rigole dans un coin de ma tête, de voir le fils ainsi alors que le père est un frigide coincé.

– Tiens tiens… On pourrait voir ça. Tu veux aussi une friandise ? J’ai un bon sucre d’orge pour toi.

Il ne fallait pas en dire plus pour le retrouver à quatre pattes entre mes cuisses, à passer sa bouche sur mon entrejambe. Je suis loin d’égaler un acteur porno, mais ma vingtaine de centimètre se défend bien, et comble plus d’un passif gourmand, du plus soft au plus affamé.

En parlant d’ailleurs de mon affamé, cette petite salope s’empresse de baisser le fin tissu qui couvre l’objet de son désir, et devant tous ses potes, il commence à me lustrer le dard. C’est là que je remarque que la température n’a pas monté qu’entre mes cuisses, certains se roulent des galoches en se tripotant le dard. Il me semble même reconnaître certains fils à papa de ma promotion, mais je n’en suis pas certains. La seule chose sûre, c’est qu’ils ont tous l’air d’aimer les mecs, et qu’ils me regardent, ainsi que l’affamé qui suce mon bâton avec avidité. Leur regard m’effraierait presque, je tente de me lever pour partir - ce n’est tout de même pas du tout pour ça que je suis là, mais la bouche autour du sexe, il me retient et me force à me rassoir; c’est là que je saisi : avec leur argent, j’ai été acheté, je ne suis ni plus ni moins qu’un jouet.

C’est donc en spectateur que j’assiste, impuissant, alors que j’aime mener la danse, au recouvrement de mon dard par un petit morceau de plastique, puis par l’intimité vorace et déjà ouverte du fils à papa. Il a dû en voir d’autres, voire même des plus grosses, vu l’état d’ouverture de son cul. Ma première théorie se confirme lorsque les mecs se rapprochent et lui proposent leurs sexes turgescents à dévorer. Il ne sait plus où donner de la tête ! Piles à la bonne hauteur grâce aux marches qui entourent le trône, il se met à attendre mes mouvements de bassins plutôt que de s’enfiler seul pour pouvoir s’occuper de ses camarades.

Malheureusement pour moi, lorsqu’il y a plus de bite que de trou disponible, ça coince. Une main se pose sur ma tête et la tourne vers l’organe lié. Je n’ai d’autre choix que de mettre également ma bouche à contribution…

Mon passif quitte d’ailleurs ma bite et s’étale sur un immense paquet cadeau. Certains de ses amis le suivent pour profiter de ses orifices, trois restent avec moi. Deux me décapotent, et tombent à genoux, tandis que le troisième continue de prendre ma bouche. Lorsque je le sens prêt à jouir, il s’arrête et se tourne, me présente sa rondelle. Les deux autres continuent de me lustrer la pine. J’ai bien fait de me branler avant cette soirée, ainsi je reste endurant !

Rapidement, je ne sais plus où donner de la tête; sans que je remarque lequel, un des mecs s’installe sur moi, tandis que je me fais rouler une pelle d’enfer. Un cri me fait tourner la tête, et je découvre mon hôte empalé sur deux calibres, tandis qu’un autre lui prend la bouche et qu’il en a aussi une dans chaque main. Totalement obsédé celui là !

Enfin, autant que tout ceux présents dans la pièce je crois. Mon embrasseur me fait me lever, prépare mon intimité avant de me faire assoir sur lui. Je suis pour la première fois entre deux mecs, ce qui me perturbe un peu : même s’il m’arrive parfois de me faire prendre, je n’ai jamais plus d’un partenaire à la fois.

Mes yeux s’égarent en même temps que les sensations me retournent le cerveau. Mon enculeur me fait de l’effet, je dois bien l’avouer, mais j’ai envie de le retourner. Je repousse donc les deux qui m’encombrent et l’attire au sol contre moi. Le temps de vérifier l’ouverture de son conduit et je le pénètre plus sauvagement qu’il ne l’a fait pour moi. Il se tend, supplie, soupire, gémit… Jamais pour que j’arrête. L’un des autres nous abandonne et rejoint le groupe qui s’enfile dans tous les sens, l’autre décide de me bouffer le cul avant de sucer son pote.

Il n'en finit pas de couiner sous mes coups de reins. Je varie les rythmes, la longueur et l'angle de pénétration, pendant que mes mains glissent sur son corps. Il se tord particulièrement et pousse de petits cris aigus lorsque je lui pince les tétons en pilonnant sa prostate. Voyant cela, le troisième glisse pour lui suçoter, et positionne sa rondelle contre la pine inoccupée. Il peut ainsi profiter d'une queue tendue à l'extrême grâce à la double stimulation du beau mec en sandwich.

Les positions changent mais nous continuons notre jeu à trois dans notre coin. Le “game over” final a lieu lorsque nous jouissons de concert - même celui qui ne nous a pas quitté, qui semble prendre du plaisir à nous voir en prendre. Légèrement fatigués, nous nous relevons et je les dirige, d’une main sur leur postérieur, vers le buffet. Pendant que nous profitons des mets de choix - j’avoue n’avoir rien mangé d’aussi bon que les plats disposés - nous regardons le maître de la soirée, dans la boîte de cadeau vide, l’air hagard, décoiffé, du sperme plein le cul, tandis que ceux qui n’ont pas encore jouit visent son visage de poupée perverse. Un chapeau à pompon sur la tête, il semble apprécier sa soirée.


Elle continue d’ailleurs toute la nuit, et ne se calme qu’aux premières lueurs du jour, lorsque toutes les bourses sont vides, après au moins une demi-douzaine d’éjaculation. Nous sommes tous plus ou moins couverts de sécrétion blanchâtre, le froid commence à nous rattraper, ainsi que la fatigue. Certains s’endorment d’ailleurs pêle-mêle. Je décide d’en profiter pour m’éclipser, ils seraient bien capable de m’en redemander au réveil, et mon boulot m’attend.

L’impression de lourdeur ne me quitte pas de la journée, le manque de sommeil se fait sentir. Je ne suis par miracle pas trop débordé, les clients sont peu nombreux dans cette chaîne de café bien connue aujourd’hui. Je ne me “réveille” que lorsqu’il passe la porte, celui avec qui j’ai passé l’essentiel de la nuit. En plein jour, je le reconnais : Nicolas, le chef des carrés lors de ma première année de médecine. Il s’approche, glisse une enveloppe épaisse sur le comptoir :

– Voilà ton bonus, on a tous mis un peu.

Je le remercie, réalise que ma soirée a sans doute été doublée. Je ne sais pas quoi dire de plus; comment avouer que j’ai adoré ce que l’on a fait, et surtout qu’il a réalisé ce qui a été mon fantasme pendant plus de quatre ans ?

– Ah, et voilà ma carte aussi, si tu veux venir chez moi. Tu as fait de ces trucs à mon cul…

Pititgayy

Autres histoires de l'auteur : Vive l'armée ! | Bon prêt en liquide | Les chemins de fer | À deux sous le sapin | L'inconnu du train | Je (me) décoince (avec) mes amis | Le pompon du marin | Frenchies in a New World | Mon meilleur ami et moi dans les bois | Mon ami l'escort | Au fond on ne change pas | L'inconnu de la poste | Remis à ma place | Le mec idéal | Rendez-vous particulier | Lost in Cocktown

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

decoupageshop.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à decoupageshop.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

🟢 11 Sept. | +30

Les nouvelles | +17

1ère expérience | 2 Scal69
Un chaud soir d'été John BBM
Application Honey Bear
Un retour de soirée agité Bearwan
Travail en s'amusant Pititgayy
Acte manqué Vif
Les premières fois avec Lakdar Chopassif
Puta Louis
Fouille corporelle à l’aéroport Valentin.pm
Mus Greg
Dépucelé par mon maître Jeromesoumis
Colocataire militaire Gie29000
Initiation par deux frères GGD
Démon au visage d’ange LE7
Dépucelé par un daddy Samir
Mon beau jardinier Pti'chaton
Après-midi torride José

Les séries | +13

Soumission & Domination | +1 Jardinier
001 | ... | 580

Poil de Carotte | 6 Jam
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Hétéro endurant | 6 Seithan
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

🟢 Septembre 2020 | 26

Les nouvelles | 26

Plan d'un soir | 1 Chuuuut17
Plan d'un soir | 2 Chuuuut17
Expérience des saunas Hellboy62
Le nouveau voisin latino Jhbichaud
Un soir d’été Wmax
La salope | 1 Balous
Mon prof de techno rebeu Chris.77
Jean Claude Frank
Dorian, mon mâle Ddapell
Les deux blacks du métro Femelle
Plan suce rapide dans mon parking Femelle
À disposition pendant une nuit Alex
Mon père, ce cobaye Valent1
La soirée étudiante Femelle
Chez un client Femelle
Mon daddy… PierreH
Duo d'avocats | 1 Sasha Minton
Duo d'avocats | 2 Sasha Minton
Exposition à Lisieux Julien
Vacances découverte Ludo64
La salope du dimanche Abdon14
Initiations en Bretagne Kiwis
Partie de campagne Chrysippe
Copains d’école Frank
Baisé devant la loge de la concierge Femelle
Petit Slip José

Publie ton histoire

RETOUR AUX HISTOIRES

2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi


| Mise à jour : mardi 28 juillet 2020 à 11:28 |
©2000 decoupageshop.ru.
Retourner en haut


"histoire de sex gay""histoires cyrillo""image de cul"cyrillo.biz"histoire gay prof""histoire de baise gay""histoire de sex entre homme""recit erotique gay""recits hards""cyrillo gay""le site de cyrillo""racaille gay""histoire sexe hard""porno gay sm""gay gloryhole""recit hard""gay a la plage""histoire cyrillo""cyrillo histoires""histoires gay cyrillo""histoire gay entre frere""jeu de la biscotte""initiation gay""histoire erotique inceste""masseur gay"cyrillo.biz"histoire gay soumis""j ai couché avec mon prof""cyrillo free""cité rebeu""trois bites dans le cul""plan snap gay""histoire gay domination""pute a rebeu gay""cyrillo gay""histoire de sex gay""histoires hards""récit bdsm""gay cyrillo""recit gay rebeu"cyrrilocyrillo.biz"double pénétration gay""grosse pute gay""viol gay""blog histoire gay""recit porno gay""lope soumise""lope gay""baise en voiture""ephebe gay""blog ttbm""histoires gay gratuites""gay cyrillo""recit gay gratuit""depucelage douloureux""actif soumi""hds gay"jemontremoncul"branle en foret""histoire gay pute""histoire minet gay""histoire erotique ado gay""histoires cyrillo""histoires cyrillo""concour de branlette""encule a sec""cyrillo gay""cyrillo gay""cyrillo blog""blog de cyrillo""gay toilette""histoire de sex gay""blog de cyrillo""histoire gay entre frere""histoire rebeu gay""récit érotique gay""histoires de sexe entre hommes""cyrillo blog""wc gay""baise dans un sauna""recit gay soumis""il se fait enculer par son chien""histoires cyrillo""petit cul serre""raidd bar paris""le blog gay naturiste""histoire gay arabe""exhib parking"