NEWS :

1er Sept.

decoupageshop.ru : foire aux questions
54 réponses
à tes questions !

163 histoires
en accès
avant-première.

C’est quoi cet accès ?


Valable pour 2020,
Simple,
En CB ou Paypal,
Discret.

decoupageshop.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Premier épisodeÉpisode précédent

L’ange de la comptabilité

Chapitre 5

Chapitre 5

Mon père m’a toujours dit que ma vie changera à tout jamais le jour où j’aurai un enfant. Ce jour allait bientôt arriver, et déjà ma vie n’avait pas mal changé. Depuis longtemps que je voulais avoir un enfant avec Daphney, elle était enfin enceinte. C’était la meilleure chose qui pourrait m’arriver, et pourtant je ne me sentais pas plus heureux que ça.

Gabriel fut la première personne à qui j’en ai parlé. Il a d’abord eu une mine triste, puis il illumina son visage d’un sourire, il me prit dans ses bras tout en me félicitant. J’ai tout de suite compris que plus jamais Gabriel n’accepterait qu’on recouche ensemble. Si au départ il ne le voulait pas car j’étais marié, ce n’est pas maintenant que j’allais avoir un enfant, fondé une famille qu’il allait se laisser convaincre.

Gabriel resta quand même un excellent ami. Je l’ai invité à ma fête d’anniversaire où il rencontra Daphney. Il était à nouveau invité aux soirées du vendredi soir entre collègues, moi je ratais certaines soirées pour rester avec Daphney. Un nouveau collègue s’est rajouté à la bande, Alexandre, le mec des ressources humaines qui avait informé Gabriel pour Alphons. Quant à Alphons, il a démissionné et à couper contact avec tout le monde. Gabriel et moi sommes les seuls à être au courant de toute l’histoire.

***

Nous avons décidé de passer Noël cette année avec ma famille. Nous nous sommes tapé quatre heures de route pour que Daphney devienne le centre d’attraction des festivités. Tout le monde voulait lui toucher son ventre de sept mois. Tout le monde sauf mon cousin : Sébastien, qui s’en foutait royalement.

27 décembre. J’étais assis sous le porche de la maison. Les autres s’amusaient à l’intérieur, moi j’étais contrarié, voilà une semaine que Gabriel ne répond plus à mes messages et à mes appels. Il fallait que je me calme les idées. C’est alors que j’ai pensé à Maxime, mon ancien meilleur ami. Sans réfléchir, j’ai fait la route qui menait jusqu’à chez lui, étonné de voir que je me rappelais encore du chemin. Ne savant pas s’il habitait toujours au même endroit, j’ai dû regarder par la fenêtre de la cuisine, et là je l’ai vu faisant la vaisselle.

Il fut étonné quand il vit que c’était moi qui frappais à la porte. Il m’invita à rentrer, m’offrit un verre et un dessert, puis nous nous sommes raconté nos vies. Il apprit donc pour mes études, mon boulot, mon mariage et Daphney qui attendait un enfant. Lui était professeur de Maths au lycée que nous fréquentions enfants, il a gardé la maison de ses parents après que ces derniers ont décidé de déménager pour une ville où les hivers étaient moins froids.

Je l’aidais à terminer sa vaisselle quand il me dit :

– Je ne dormais pas cette nuit-là !
– Euh ! … je ne vois pas de quoi tu parles.
– La nuit où tu t’es branlé entre mes fesses… Je ne dormais pas. Je me suis réveillé quand tu as baissé mon caleçon, mais je n’ai pas bougé. Tu t’es branlé dans mon dos tout en frottant ton gland contre ma raie. Et ensuite j’ai senti ton sperme chaud sur mes fesses.
– Max, écoute ! Je suis désolé.
– Ne sois pas désolé, parce que ça m’a plu. J’avais même espéré que tu ailles plus loin, je voulais que tu me pénètres ce soir-là. Mais tu ne l’as pas fait. Et j’ai passé tous les jours à attendre que tu reviennes me déflorer mon trou vierge. J’ai attendu… et je suis resté hanter par ce souvenir durant des années, me réveillant toutes les nuits en sueur, le sexe dur et suintant. Tu es resté un souvenir, un fantasme, un regret.

Tout en se confessant à moi, Max s’était rapproché. Je n’avais pas bougé, l’entendre parler s’ainsi avait réveillé un désir inassouvi en moi. Nous sommes restés un instant à nous dévisager. Ce fut moi qui me suis jeté sur sa bouche. Nous nous sommes embrassés avec rage, une rage vieille de 12 ans. Nous avions faim l’un de l’autre.

Il me conduit dans sa chambre. La même que la dernière fois. Nous nous déshabillons, et nous profitons pour se mater. Je me suis agenouillé le premier et pris sa belle bite de 17 cm en bouche. Je le pompais comme je pouvais, en salivant le plus que possible. J’ai du mal m’y prendre car il me pria de le laissai faire. Il m’allongea sur le lit et prit mon sexe en bouche. Sa bouche était plus experte que la mienne. Il me caressait le gland avec sa langue avant de tout engloutir. Il n’eut aucune difficulté à me faire des gorges profondes.

Max abandonna ma queue puis me tourna sur le ventre. De deux mains il écarta mes fesses puis je sentis quelque chose de doux, d’humide se poser et me caresser l’anus. Je me retournai et compris que c’était la langue de Max. Cette sensation provoqua un plaisir au creux de mes reins que je finis par me cambrer sans m’en rendre compte. Max darda sa langue sur mon trou comme pour le pénétrer. Cette sensation fit dresser tous les poils de mon corps. Je le sentis frotter quelque chose de plus dur contre mon anus. Je me tournai et vu le sexe de Max près à me déflorer.

– Max, je ne suis pas prêt !
– Alors, toi, prends-moi !

Max se met à quatre pattes sur le rebord du lit. Je le doigte comme me l’a appris Gabriel et quand il fut prêt, je me suis introduit en lui. Son cul était extrêmement serré. J’entamai une longue séance de va-et-vient en lui. J’alternais entre des coups de hanches doux et superficiels et des coups de hanches profondes et puissantes. Max ne se retenait plus, a chaque coup de boutoir il relâchait un gémissement à faire trembler les murs de la maison. Je le prenais en levrette, il cambrait son dos le plus que possible. Il avait même enfoui sa tête dans les oreillers, le cul en l’air pour que je lui laboure les entrailles. Sentant la jouissance montée en moi, je le tiens fermement par la hanche et lui enfonçai ma bite le plus profondément que possible. J’ai eu l’impression d’éjaculer des litres de spermes.

Nous étions couchés sur le lit, reprenant notre souffle après cette séance de baise. J’avais une sensation de plénitude, d’accomplissement. Je venais de fermer un chapitre vieux de 12 ans. Je regardai Max couché auprès de moi. Il était tout souriant. Mais je devais mettre fin à cet instant.

– Max, je ne peux pas rester. Ma femme est…
– Je sais Bastien. Je sais…

Dix minutes après, j’étais à nouveau dans la rue, en route. Je vérifie encore une fois mon portable. Pas de messages de Gabriel.

Chapitre 5

Mon père m’a toujours dit que ma vie changera à tout jamais le jour où j’aurai un enfant. Ce jour allait bientôt arriver, et déjà ma vie n’avait pas mal changé. Depuis longtemps que je voulais avoir un enfant avec Daphney, elle était enfin enceinte. C’était la meilleure chose qui pourrait m’arriver, et pourtant je ne me sentais pas plus heureux que ça.

Gabriel fut la première personne à qui j’en ai parlé. Il a d’abord eu une mine triste, puis il illumina son visage d’un sourire, il me prit dans ses bras tout en me félicitant. J’ai tout de suite compris que plus jamais Gabriel n’accepterait qu’on recouche ensemble. Si au départ il ne le voulait pas car j’étais marié, ce n’est pas maintenant que j’allais avoir un enfant, fondé une famille qu’il allait se laisser convaincre.

Gabriel resta quand même un excellent ami. Je l’ai invité à ma fête d’anniversaire où il rencontra Daphney. Il était à nouveau invité aux soirées du vendredi soir entre collègues, moi je ratais certaines soirées pour rester avec Daphney. Un nouveau collègue s’est rajouté à la bande, Alexandre, le mec des ressources humaines qui avait informé Gabriel pour Alphons. Quant à Alphons, il a démissionné et à couper contact avec tout le monde. Gabriel et moi sommes les seuls à être au courant de toute l’histoire.

***

Nous avons décidé de passer Noël cette année avec ma famille. Nous nous sommes tapé quatre heures de route pour que Daphney devienne le centre d’attraction des festivités. Tout le monde voulait lui toucher son ventre de sept mois. Tout le monde sauf mon cousin : Sébastien, qui s’en foutait royalement.

27 décembre. J’étais assis sous le porche de la maison. Les autres s’amusaient à l’intérieur, moi j’étais contrarié, voilà une semaine que Gabriel ne répond plus à mes messages et à mes appels. Il fallait que je me calme les idées. C’est alors que j’ai pensé à Maxime, mon ancien meilleur ami. Sans réfléchir, j’ai fait la route qui menait jusqu’à chez lui, étonné de voir que je me rappelais encore du chemin. Ne savant pas s’il habitait toujours au même endroit, j’ai dû regarder par la fenêtre de la cuisine, et là je l’ai vu faisant la vaisselle.

Il fut étonné quand il vit que c’était moi qui frappais à la porte. Il m’invita à rentrer, m’offrit un verre et un dessert, puis nous nous sommes raconté nos vies. Il apprit donc pour mes études, mon boulot, mon mariage et Daphney qui attendait un enfant. Lui était professeur de Maths au lycée que nous fréquentions enfants, il a gardé la maison de ses parents après que ces derniers ont décidé de déménager pour une ville où les hivers étaient moins froids.

Je l’aidais à terminer sa vaisselle quand il me dit :

– Je ne dormais pas cette nuit-là !
– Euh ! … je ne vois pas de quoi tu parles.
– La nuit où tu t’es branlé entre mes fesses… Je ne dormais pas. Je me suis réveillé quand tu as baissé mon caleçon, mais je n’ai pas bougé. Tu t’es branlé dans mon dos tout en frottant ton gland contre ma raie. Et ensuite j’ai senti ton sperme chaud sur mes fesses.
– Max, écoute ! Je suis désolé.
– Ne sois pas désolé, parce que ça m’a plu. J’avais même espéré que tu ailles plus loin, je voulais que tu me pénètres ce soir-là. Mais tu ne l’as pas fait. Et j’ai passé tous les jours à attendre que tu reviennes me déflorer mon trou vierge. J’ai attendu… et je suis resté hanter par ce souvenir durant des années, me réveillant toutes les nuits en sueur, le sexe dur et suintant. Tu es resté un souvenir, un fantasme, un regret.

Tout en se confessant à moi, Max s’était rapproché. Je n’avais pas bougé, l’entendre parler s’ainsi avait réveillé un désir inassouvi en moi. Nous sommes restés un instant à nous dévisager. Ce fut moi qui me suis jeté sur sa bouche. Nous nous sommes embrassés avec rage, une rage vieille de 12 ans. Nous avions faim l’un de l’autre.

Il me conduit dans sa chambre. La même que la dernière fois. Nous nous déshabillons, et nous profitons pour se mater. Je me suis agenouillé le premier et pris sa belle bite de 17 cm en bouche. Je le pompais comme je pouvais, en salivant le plus que possible. J’ai du mal m’y prendre car il me pria de le laissai faire. Il m’allongea sur le lit et prit mon sexe en bouche. Sa bouche était plus experte que la mienne. Il me caressait le gland avec sa langue avant de tout engloutir. Il n’eut aucune difficulté à me faire des gorges profondes.

Max abandonna ma queue puis me tourna sur le ventre. De deux mains il écarta mes fesses puis je sentis quelque chose de doux, d’humide se poser et me caresser l’anus. Je me retournai et compris que c’était la langue de Max. Cette sensation provoqua un plaisir au creux de mes reins que je finis par me cambrer sans m’en rendre compte. Max darda sa langue sur mon trou comme pour le pénétrer. Cette sensation fit dresser tous les poils de mon corps. Je le sentis frotter quelque chose de plus dur contre mon anus. Je me tournai et vu le sexe de Max près à me déflorer.

– Max, je ne suis pas prêt !
– Alors, toi, prends-moi !

Max se met à quatre pattes sur le rebord du lit. Je le doigte comme me l’a appris Gabriel et quand il fut prêt, je me suis introduit en lui. Son cul était extrêmement serré. J’entamai une longue séance de va-et-vient en lui. J’alternais entre des coups de hanches doux et superficiels et des coups de hanches profondes et puissantes. Max ne se retenait plus, a chaque coup de boutoir il relâchait un gémissement à faire trembler les murs de la maison. Je le prenais en levrette, il cambrait son dos le plus que possible. Il avait même enfoui sa tête dans les oreillers, le cul en l’air pour que je lui laboure les entrailles. Sentant la jouissance montée en moi, je le tiens fermement par la hanche et lui enfonçai ma bite le plus profondément que possible. J’ai eu l’impression d’éjaculer des litres de spermes.

Nous étions couchés sur le lit, reprenant notre souffle après cette séance de baise. J’avais une sensation de plénitude, d’accomplissement. Je venais de fermer un chapitre vieux de 12 ans. Je regardai Max couché auprès de moi. Il était tout souriant. Mais je devais mettre fin à cet instant.

– Max, je ne peux pas rester. Ma femme est…
– Je sais Bastien. Je sais…

Dix minutes après, j’étais à nouveau dans la rue, en route. Je vérifie encore une fois mon portable. Pas de messages de Gabriel.

Dej407

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Le visiteur nocturne Daddy’s home !

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

decoupageshop.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à decoupageshop.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

🟢 1er Sept. | +26

Les nouvelles | 26

Plan d'un soir | 1 Chuuuut17
Plan d'un soir | 2 Chuuuut17
Expérience des saunas Hellboy62
Le nouveau voisin latino Jhbichaud
Un soir d’été Wmax
La salope | 1 Balous
Mon prof de techno rebeu Chris.77
Jean Claude Frank
Dorian, mon mâle Ddapell
Les deux blacks du métro Femelle
Plan suce rapide dans mon parking Femelle
À disposition pendant une nuit Alex
Mon père, ce cobaye Valent1
La soirée étudiante Femelle
Chez un client Femelle
Mon daddy… PierreH
Duo d'avocats | 1 Sasha Minton
Duo d'avocats | 2 Sasha Minton
Exposition à Lisieux Julien
Vacances découverte Ludo64
La salope du dimanche Abdon14
Initiations en Bretagne Kiwis
Partie de campagne Chrysippe
Copains d’école Frank
Baisé devant la loge de la concierge Femelle
Petit Slip José

Publie ton histoire

RETOUR AUX HISTOIRES

2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi


| Mise à jour : jeudi 18 juin 2020 à 08:48 |
©2000 decoupageshop.ru.
Retourner en haut


"histoire erotique gay"cyrilllo"felation homo""felation homo""récits gay""cyrillo xxl""histoire érotique gay""histoire gay college""blog gay x""minet travesti""recit premiere sodomie""histoires x gay""histoire gay inceste"actifsoumis"glory holl""histoire x gay""histoire cyrillo""gay a la plage""histoire de sex gay""histoire inceste gay""photo gay sperme""histoire de sex gay""plage naturiste gay""gay routier""encule moi fort""mon pere me baise"zobapapa"histoire gay routier""éjaculation gay""chatroulette gay parle moi""histoire gay soumis""porno gay pere et fils""histoire gay routier""je dresse des salopes""photo mec amateur""porno gay pere et fils""histoire anal""dogtraining gay""cyrillo 2018"ciryllo"histoires de gays""cyrillo xxl""histoire soumis gay""gay cyrillo""photos gay gratuites""plan suce""histoire minet gay""histoire gay piscine""histoire gay salope""histoires inceste""histoire gay soumis""histoires hard""histoire gay cyrillo""photo gay amateur""histoire gay pere fils""histoire de petite salope"cyrillo.biz"première sodomie gay""photos gay gratuit"gayerog"hamster x gay""gay viol""histoire gay grosse bite""jeune soumis gay"ciryllo"baise dans la grange"zobapapa"cyrillo dial""recit gay sexe""photo cul homme""histoire et recit gay"cyrillo"recits pornos""ma mère me suce""histoire gays gratuites""sauna atlantide"visiochatmaqueue"cyrillo histoires""elle se fait enculer par son chien""première baise""recit sex""grosse bite molle""le site de cyrillo""histoires gay sm""histoire gay beur""recit sm"cyrillo"sex shop gay"