NEWS :

1er Sept.

decoupageshop.ru : foire aux questions
54 réponses
à tes questions !

9 sept.

181 histoires
+7
en accès
avant-première.

C’est quoi cet accès ?


Valable pour 2020,
Simple,
En CB ou Paypal,
Discret.

decoupageshop.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Journal d’une lope en devenir | 2

Première fessée. Irréel. Je ne dirais rien. Rien du tout.

- « Compte »

Non je ne dirais rien.

Il continue, plus fort.

- « Dommage, si tu ne comptes pas je dois recommencer, ma lope »

Je sais que je ne pourrais pas résister indéfiniment. Je connais ce jeu. Le feu monte. Le feu m’excite.

J’abdique.

- « Un »

- « Deux »

- « Merci Maître »

- «Trois »

- …

Les mains de mon Maître sont maintenant partout sur moi. Et je mouille. Ma chatte est toute mouillée. Cela amuse mon Maître qui bien sur la caresse.

Il me dit de me redresser et j’obéis. Il retire son pantalon. Mal dressée je ne l’aide pas et il me le fait remarquer. J’ai honte. Sa bite est superbe. Son gland énorme. J’ai aussi honte de le regarder.

Je me recroqueville agenouillée contre son épaule. Je veux disparaître. Je m’entends minauder, mais suis aussitôt reprise.

- « Je suis ta pute, Maître »

Tout doucement, puis jusqu’à le dire haut et fort, comme il me l'impose.

Je suis félicitée, encouragée. La femelle que je suis en train de devenir commence à prendre le dessus. Je lèche mon Maître, son cou, ses mains, tout ce qui est à ma portée.

Je m’enhardis et approche ma main de sa verge. Mais je n’ai pas encore le droit, je n’ai rien mérité.

- « Lève-toi. Tourne-toi. Baisse-toi et cambres ta chatte »

Oh humiliation ! Quand tu sembles à ton paroxysme ce n’est alors que le début. Mon Maître me pince les tétons. La douleur me transit et je gémis et me tords, mes jambes se dérobent, je plie.

Il continue, ça lui plait. Alors j’endure.

- « Écarte les jambes »

J’obéis.

Je sens sa main me prendre les couilles par derrière. Je n’avais jamais connu telle humiliation, je suis complément à sa merci. Je ne peux que couiner ma peur et mon excitation, constater que je suis une petite chienne offerte à mon Maître.

Il n'a de cesse de me le rappeler, de sa voix implacable.

Les mots m’ont pénétrée, encore une fois j’abdique, n’oppose plus aucune résistance, tenue par les couilles, je n’ai aucune échappatoire. Il pourrait m’enfiler comme ça, ô pitié, non pas ça ...

Mais mon Boss à d’autres plans pour sa lope. Me voilà à nouveau à genoux, tête baissée. Il s’éloigne. Tout cela n’est que le début, bien sûr.

Comme il l’avait prédit dans nos messages, sa soumise tend les bras d’elle même pour se faire entraver, menottée mains dans le dos. Oui je l'espérais autant que je le crains. Merci mon Maître.

- « Tu bandes des tétons ma chienne »

Je sais ce que cela veut dire. Je ne tarde pas à me tordre et à gémir à nouveau prise dans l’étau de ses doigts aussi agiles que puissants. Mon Maître apprécie, et je vais être récompensée.

C’est à genoux sur le canapé que j’ai l’autorisation de m’occuper de mon Boss. Je pose mes lèvres réticentes sur sa verge dressée. Son gland bombé est doux ...

Je suis sa pute après tout. Alors j’ouvre ma bouche et la laisse glisser en moi.

Comme j’en rêvais, sa queue raide me remplit doucement la gueule en coulissant sur ma langue, et je la sens s’enfoncer, un peu puis beaucoup, et même beaucoup trop.

- «  C’est bien laisses toi aller, ma lope, détends toi... »

Comme je connais bien ces mots... Maintes fois prononcés. Je sais bien ce qu’ils annoncent.

Et ça ne tarde pas, sa main me presse la nuque et son gland m’empale, voilà, je fais l’otarie.

Petite pute que je suis.

J’implore en gémissant, la bouche dégoulinante de mouille de gorge, des pauses, courtes, avant que mon Maître ne replonge ma tête sur sa queue, de plus en plus profond, de plus en plus humiliante, et je me laisse de plus en plus faire. Jusqu’à ce qu’il m'enfonce ce qu’il me restait de pudeur au fond de la gorge, son gland y est entré et je laisse faire en râlant des gerbes gutturales, contrainte, à une gorge profonde.

- « Bonne soumise. »

Je n’ai pas cessé de mouiller de ma chatte pendant tout ce temps. Les doigts de me mon Boss me le rappelant d’ailleurs sans cesse. Maintenant à genoux sur le canapé, je sens qu’elle l’excite beaucoup. Et que ne suis plus en mesure de refuser quoi que ce soit. J’ai très peur et pourtant me cambre, indécente, lubrique, trempée.

- « Vient au bord du canapé »

Ainsi l’heure est arrivée. L’heure d’'être moulée à sa queue, utilisée, sodomisée comme une vulgaire traînée.

Mais j’obéis, encore.

J'enfonce ma tête dans le canapé comme pour disparaître encore d'avantage, sortir de ce corps avant l’ultime outrage.

- « Tu as deux doigts dans ta chatte là chienne. »

Je ne m’en étais pas aperçu, deux ? Il doit penser que je suis prête, mais ne le suis tellement pas.

Il presse son gland devant mon trou minuscule. Je sais qu’il est vraiment minuscule. Et son gland est énorme. J’ai l’impression que c’est une charge d’éléphant qui se dresse contre moi. Je proteste vaguement.

- « Tu crois que tu l'as mérité ma lope ? »

L’ultime outrage n’est pas celui que je croyais. Non... mon Maître souhaite que je sois une pute en manque. Je devrais attendre. Je devrais supplier, et mériter d’être sa petite enculée.

Je ne couinerai pas sous sa queue ce soir et j’en suis aussi rassurée que déçue.

O soumission.

Je n’ai plus qu’à satisfaire mon Maître, puisqu’il est tout puissant sur tout ce qui se passe ici. Mes désirs sont futiles, son plaisir règne. A genoux je le suce en bonne femelle ondulante, assoiffée.

Je le regarde se masturber en lui léchant goulûment les couilles. Je refuse d’y penser et pourtant... je suce, son gland pendant qu’il se branle dans ma bouche de petite chienne docile.

- « Tu le veux dans ta gueule ? »

Je ne sais pas quoi répondre alors j’acquiesce en miaulant.

J’attends, sans trop réfléchir, ce serait insupportable. Et je sens quelque chose couler sur ma langue. Je crois que c’est son foutre.

Chaud, visqueux, épais, au gout douteux. Il me jouit dans la bouche, sans un mot, il se vide avec un râle et je reste là prostré, sans bouger, sa queue finissant son va et vient jusqu’à la dernière goûte.

Mon dégoût est total, j’avale tout aussi vite que possible, brisé, immobile. Il s’essuie le gland sur mon visage. Je n’ose même pas le regarder. Je sais qu’il est triomphant.

Et que je suis maintenant son vide couille, pour longtemps.

A suivre … si mon Maître me l’ordonne.

AmonB

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

decoupageshop.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à decoupageshop.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

🟢 11 Sept. | +30

Les nouvelles | +17

1ère expérience | 2 Scal69
Un chaud soir d'été John BBM
Application Honey Bear
Un retour de soirée agité Bearwan
Travail en s'amusant Pititgayy
Acte manqué Vif
Les premières fois avec Lakdar Chopassif
Puta Louis
Fouille corporelle à l’aéroport Valentin.pm
Mus Greg
Dépucelé par mon maître Jeromesoumis
Colocataire militaire Gie29000
Initiation par deux frères GGD
Démon au visage d’ange LE7
Dépucelé par un daddy Samir
Mon beau jardinier Pti'chaton
Après-midi torride José

Les séries | +13

Soumission & Domination | +1 Jardinier
001 | ... | 580

Poil de Carotte | 6 Jam
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Hétéro endurant | 6 Seithan
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

🟢 Septembre 2020 | 26

Les nouvelles | 26

Plan d'un soir | 1 Chuuuut17
Plan d'un soir | 2 Chuuuut17
Expérience des saunas Hellboy62
Le nouveau voisin latino Jhbichaud
Un soir d’été Wmax
La salope | 1 Balous
Mon prof de techno rebeu Chris.77
Jean Claude Frank
Dorian, mon mâle Ddapell
Les deux blacks du métro Femelle
Plan suce rapide dans mon parking Femelle
À disposition pendant une nuit Alex
Mon père, ce cobaye Valent1
La soirée étudiante Femelle
Chez un client Femelle
Mon daddy… PierreH
Duo d'avocats | 1 Sasha Minton
Duo d'avocats | 2 Sasha Minton
Exposition à Lisieux Julien
Vacances découverte Ludo64
La salope du dimanche Abdon14
Initiations en Bretagne Kiwis
Partie de campagne Chrysippe
Copains d’école Frank
Baisé devant la loge de la concierge Femelle
Petit Slip José

Publie ton histoire

RETOUR AUX HISTOIRES

2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi


| Mise à jour : mardi 17 mars 2020 à 12:59 |
©2000 decoupageshop.ru.
Retourner en haut


"bites juteuses""histoire gay crade""gay naturiste""blog histoire gay""cyrillo photo""histoire erotique gay""histoire gay sauna""j'aime me faire enculer""cyrillo xxl"cyrillo"cyrillo photo""photo cul""histoire gay soumission""histoire gay plage""recit fellation""cyrillo pcul""gay cyrillo""histoire gay hard""histoire minet gay""gay cyrillo""histoire gay entre frere""ma premiere bite""histoire hot""histoire de sex""histoires cyrillo""gay debile""rugbyman nu""histoire gay routier""histoire de baise gay""recit porno""photo de cul""histoire de bondage""histoire gay plage""histoire cyrillo""histoires cyrillo""recit bondage""branlette entre amis"ma-queue.com"video gays gratuites"sunbeachclub"recits erotiques gay""histoire gay hard""histoire gay cyrillo""enculé a sec""histoire cyrillo""partouze cap d'agde""cyrillo gay""histoires gay cyrillo""cyrillo dial""histoire gay pute""cyrillo histoires"cyrillogay"histoire cyrillo""histoires de cul gay""histoire gay militaire""histoire gay rebeu""histoires zoophiles""histoire de baise""histoire minet gay""gay jus"cyrilo"gay soumis histoire"pompeur.com"histoires gay black""cyrillo photo""histoire gays""sodomie masculine""histoire de cul gay""histoires cyrillo""histoire gay douche""double sodomie""histoire gay black"cyrillo"histoires de baise"cyrillo.com"plan cave gay""histoire gay piscine"sneakersgate