NEWS :

1er Sept.

decoupageshop.ru : foire aux questions
54 réponses
à tes questions !

163 histoires
en accès
avant-première.

C’est quoi cet accès ?


Valable pour 2020,
Simple,
En CB ou Paypal,
Discret.

decoupageshop.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Premier épisode | Épisode précédent

L’Algérie

Chapitre 4 : Karim… Et les autres

« Suis content d’être un peu seul avec toi, Marc, ça nous permettra de parler et de mieux faire connaissance tous les deux »

« Moi aussi, Karim, ça me fait très plaisir » En le sentant se rapprocher encore de moi avec sa main assez haut sur ma cuisse.

« Tu apprécies ton séjour à Oran et chez nous ? »

« Oh oui Karim…. Rachid s’occupe tellement bien de moi… !!! »

« Tant mieux… C’est son rôle de te faire connaitre notre ville, ses amis, et tous les plaisirs de l’Algérie »

« Pour ça, je te rassure Karim, il le fait très bien »

« Et tu apprécies ? »

« Complètement et à fond… !!! »

« Oui, c’est ça… Bien au fond… C’est ce que j’ai pu entendre en passant près de votre chambre, et surtout hier soir » 

« Je suis… désolé, Karim…  Tu vas le dire à Lucie et me mettre dehors ? »

« Mais non Marc, ne t’inquiète pas. C’est souvent que les jeunes s’amusent entre eux en Algérie, je l’ai souvent fait dans ma jeunesse aussi »

« Tu es trop gentil Karim. Je ne te fais pas honte ? » En lui faisant un gros bisou sur sa joue piquante et bleue de barbe.

« D’après toi, c’est de la honte ça ? » et il a plaqué ma main sur son membre qui prenait des proportions gigantesques, me soulevant comme une plume pour me poser sur ses genoux en ayant enlevé son marcel avant.

Rachid était poilu, mais son père, c’était une véritable foret de poils, partant de la lisière de son short, couvrant tout son torse jusqu’au épaules et continuant sur son dos. Je crois qu’il fallait compter les centimètres carrés de sa peau qui avaient pu rester glabre. Je n’avais jamais vu ça, à part les reproductions de « l’Homme de Cro-Magnon » dans mes bouquins de sciences.

Je ne pouvais pas m’empêcher de passer mes mains, ma bouche, partout sur cette toison, me délectant de sa douceur, de son odeur débordante de testostérone. Il a eu vite fait de me débarrasser de mon short et de mon petit slip, enlevant le sien par la même occasion, laissant son membre surgir, qui dépassait allègrement son nombril.

Jamais je n’aurais pensé, après celui de Rachid, qu’un sexe d’homme puisse être aussi gros, même s’il m’avait prévenu au préalable. Je me suis un peu penché, pour que ma chatte frotte sur son gland, suintant de l’humidité de son pré cum en me disant, en moi-même, que j’étais en train de devenir fou.

Au vu de l’engin, je commençais à comprendre pourquoi Samira pleurait assez souvent. J’avais lu quelque part, qu’un vagin avait des limites à la pénétration, et que même conçu pour ça, il n’était pas extensible.

Voyant mon état de quasi-transe, il m’a porté jusqu’à la chambre de Rachid, me sentant comme une poupée désarticulée dans ses bras puissants. Il m’a allongé sur le lit, couvrant mon corps de baisers, et je voyais son sexe s’allonger encore, me demandant comment cela était encore possible. Les hommes algériens devaient avoir davantage de sang dans leur corps que les nôtres pour pouvoir maintenir un tel pieu dans un état de raideur totale, et aussi dur.

« Tu en as envie….  Avoue… !!! »

J’étais incapable de répondre

« Rachid m’a dit comment il te baisait, comment il t’a dépucelé, et comment tu t’es donné à lui et à ses amis et ton accord pour me laisser te défoncer un max »

« J’aime trop ça Karim… Tout ce que j’avais refoulé en moi en France, Rachid l’a balayé, a compris mon besoin de sexe, de me donner aux hommes comme une putain, sans retenue. »

« Je vais te défoncer Marc, sans arrêt jusqu’à ce soir. Trop besoin de vider mes couilles depuis 3 mois que Samira se refuse à moi… Elle a mal à la chatte quand je la prends, soi-disant, et elle me refuse son cul »

« J’ai peur quand même Karim…. C’est tellement gros… !!! »

« Pour te rassurer, je vais utiliser de la vaseline au début, comme l’a fait Rachid, mais après, avec tout ce que je vais te mettre, je suis sûr que tu vas bien tout encaisser »

Le tube magique sorti « miraculeusement » du tiroir de la table de nuit, une bonne dose appliquée sur son sexe, sur, et dans ma chatte, j’ai senti la poussée de son gland sur ma fente, la forçant à s’ouvrir pour l’accueillir dans moi. L’anneau a enfin cédé et ce monstrueux morceau de chair a pris possession de moi, dans une copulation obscène qui ne semblait ne jamais se terminer. Il en restait toujours à rentrer, et malgré mes hurlements de douleur, assourdis par ses larges mains, j’ai senti ce lourd paquet contre mes fesses, les poils en caressant les lobes.

Il s’est arrêté un instant dans moi, tout au fond, et ses hanches ont commencé un mouvement lent, mais ample, transformant peu à peu cette souffrance en plaisir, ma chatte s’est enfin adaptée à son calibre. Mes reins allaient à la recherche de ce pal, qui me brûlait mais qui me donnait tant de bonheur, appuyant sur ses fesses velues pour qu’il s’enfonce encore davantage, ne voulant rien perdre, ne serait-ce qu’un millimètre.

Complètement écartelé, ma tête bougeant dans tous les sens sous les assauts de cet accouplement quasi bestial, j’ai senti contre mes muqueuses collée à ce tronc, une boule se former, et une autre, et une autre, de la base jusqu’à son extrémité libérant en plusieurs jet, cette merveilleuse liqueur que la nature a donnée aux hommes. Karim jouissait, encore et encore, le flot me semblait ne jamais se tarir….

Il s’est affalé sur moi, puant la satisfaction de l’homme qui a engrossé sa femelle, son sexe ayant à peine débandé, et comme son fils, après quelques minutes, il a recommencé à me posséder, cherchant à se libérer du trop-plein accumulé dans ses couilles depuis plusieurs semaines.

Je n’ai pu m’empêcher, une fois qu’il soit enfin sorti de mon antre, de le lécher sur toute sa longueur, dégustant le nectar qui le couvrait, lui montrant par ce geste, à la fois le plaisir qu’il m’avait donné, mais aussi, ma soumission totale.

« Putain Marc, j’ai bien fait de demander à Rachid de te préparer pour moi… Tu es trop génial mec… »

« Ne me dis pas que tu avais convenu ça avec lui ? »

« Mais bien sûr que si… Il a le sang chaud autant que moi, on est très complices tous les deux, et je lui avais avoué que j’avais trop envie de te baiser, ça te choque ? »

« Ma foi… Plus vraiment, plus rien ne me choque ici maintenant, surtout avec le plaisir que j’y prends à chaque fois »

« Super… Tu vas pouvoir faire les délices de mon frère aussi, alors… !!! »

« Ton frère ? Mais pourquoi ? »

« Ben… On est pas frères pour rien, poils, sexe, quoique le sien soit beaucoup plus gros que le mien, et avec le même appétit sexuel. »

« C’est possible ? Mais où je suis tombé ? Dans quelle famille ? »

« Tu veux le savoir ? »

« Oui… Je suis tellement…. Stupéfait… !!! » Alors, il a commencé à me raconter l’histoire de sa famille.

Ses grands-parents étaient des Touaregs, les fameux nomades au « sang bleu » de l’extrême Sud de l’Algérie. Ils regagnaient quand même assez souvent Tamanrasset, la capitale de la Whyalla pour s’approvisionner et regagner ensuite le désert, leur cadre de vie. Ils ont eu 4 enfants, du moins vivants, dont le père de Karim qui a épousé une fille touareg aussi.

A l’après-guerre 39/45, sentant le vent tourner, ils ont rejoint la capitale avec leurs 3 enfants, tout juste nés, Karim, son frère jumeau Farid, et Imane, leur sœur, qui n’a pas survécu à ce long périple. (Je comprenais maintenant pourquoi il avait donné le prénom d’Imane à sa fille).

A force de volonté, Brahim, leur père s’est imposé dans ce monde citadin, bien loin de sa vie passée et de sa culture. Avec beaucoup d’efforts, il a appris le français, et a inscrit ses deux fils dans une école bilingue. Pour un simple nomade du désert, il avait une intelligence très intuitive, très pragmatique et il savait, au fond de lui, que l’indépendance viendrait un jour, voulant y préparer ses fils. Même si, pour lui, cela ne se ferait qu’au prix de beaucoup de sang versé, mais dans son intime conviction, la France resterait toujours la France, la Sœur de l’Algérie, une fois que ce sang serait absorbé par leur terre.

Et il avait eu raison. Il avait réussi à donner une brillante situation à chacun de ses deux fils, tous partis à Oran, où il s’est éteint le 2 juillet 1962, 3 jours avant ce qu’il avait prévu, et heureusement pour lui aussi, sans en connaitre les violences du 5.

Je pleurais en écoutant le récit de Karim et je vouais, à cette famille, à cet homme défunt que je ne pourrais jamais rencontrer, un profond respect. Je crois que je commençais à connaitre l’Algérie sous beaucoup plus d’aspects que les membres de l’Association et de la plupart des français.

Cette splendeur de virilité était allongée à mes côtés, des larmes perlant quand même au coin de ses paupières. Je me suis mis sur lui, ma peau épousant la sienne, mes lèvres parcourant son cou jusqu’à son oreille, lui murmurant :

« Merci pour cette confiance, de m’avoir confié ton histoire, celle de ta famille. Merci aussi pour le plaisir que Rachid, et toi maintenant me donnez »

« C’était juste, au début, pour t’expliquer une chose Marc, excuse moi encore d’avoir un peu dérivé »

« Non Karim… Je suis tellement fier d’avoir appris ce que sans doute, peu de français connaissent. »

« C’était surtout pour te dire la particularité des Touaregs »

« Laquelle ? » en m’en doutant un peu d’après de que j’avais pu constater

« Monstres de virilité, mélange d’arabes et de noirs du désert, peau mate, hyper velus ou très peu, mais avec tous, un sexe et des couilles énormes qui se développent sans contrainte de slip ou de caleçon. Tu as pu le constater, non ? »

« Ça, c’est sûr… !!!  Mais Rachid et toi portez des sous-vêtements, non ? »

« Pas très souvent…. On en met parce que tu es là… Et puis, on ne peut rien faire contre l’hérédité » Avec un grand clignement de l’œil….

« Tu sais Karim… J’ai pas tout compris….  Tu peux me montrer encore cette puissance de l’hérédité ? »

« Gourmand… !!! »

Repus tous les deux, assis dans le salon avec notre verre de thé, le téléphone a sonné. Karim, en tant

que membre haut placé du ministère il y avait droit. Assez longue conversation en arabe et il a posé sa main sur le combiné :

« Rachid me dit qu’il a laissé Imane et Samira chez sa grand-mère et qu’il veut rentrer, en récupérant

mon frère Farid au passage pour passer une soirée tous les quatre »

« C’était convenu d’avance ? » Avec un grand sourire…

« On va dire… Oui… Si tu es d’accord, bien évidemment »

« Alors, dis-lui que j’ai hâte de le revoir et de connaitre ton frère aussi… »

« Marc est trop content, on vous attend » en français…

« Farid s’est occupé de tout, il amène le repas… Un vrai repas touareg… »

« Pourquoi, il le savait lui aussi ? »

« Plus ou moins…  On peut être aussi très sages et te laisser seul avec Rachid après le repas… »

« Tu rigoles….  Je vais certainement pas laisser passer l’occasion d’avoir 3 hommes au sang bleu pour moi tout seul… !!! » Je le sentais quelque peu embarrassé…

« Marc… comment te dire… Farid… C’est encore plus, beaucoup, beaucoup plus que moi… Pour ça qu’il n’a jamais pu se marier ici… !!! »

« Eh bien, je vais faire sa connaissance, on verra bien ensuite… Je suis plus à ça près, ce qui compte, c’est de passer une bonne soirée tous ensemble »

« Merci de le prendre comme ça, et en plus, je travaille pas demain. »

« Farid est aussi velu que toi ? »

« Bien sûr, on est pas frères pour rien….  Sauf sa bite n’est pas la même… !!!! »

J’ai filé ensuite sous la douche, me lavant le plus profondément possible avec la poire qui était là, comme dans nos salles de bains de l’époque, et quand l’eau est sortie bien claire, je me suis séché, revêtu de la gandoura que Karim m’avait donnée, je l’ai rejoint au salon. Il avait toujours son short et son marcel, exhibant ses poils qui me plaisaient tant, empestant le mâle et le foutre, je me suis lové contre lui, attendant les autres, ma main sur son sexe.

(Je voudrais juste ajouter une parenthèse. Pour ceux qui ont lu mes récits, ou qui vont le faire, je l’espère, vous avez peut-être constaté que j’y apporte le plus grand soin possible, tant sur la forme que sur le fond. Même si j’adore décrire des scènes très hard, j’aime aussi les enrichir d’une certaine culture, étant féru d’histoire, que ce soit pour celle-ci, allemande pour les « De Wintzt » ou encore médicale pour « Anomalie ». C’est mon style, je ne sais s’il vous plait ou non, mais j’ai l’impression que ces références à l’Histoire les rendent plus vivants, comme réellement vécus, en partie le cas pour certains. Ça me demande souvent des recherches sur le Net, soit pour éviter répétitions et redondances dans la forme, soit pour vérifier que les événements historiques que j’avance, réels ou non, restent en tous cas, plausibles.Pour finir, je me relis plusieurs fois avant de vous proposer une histoire, afin qu’elle soit la plus « propre » possible, la perfection en tant que telle n’existe pas.Si certains connaissent des tuyaux pour me permettre de publier des recueils, ils sont les bienvenus)

CalinChaud

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Nos Belle PyrénéesNouvel oncle | France rurale | Anomalie de mère nature | L’Algérie | Fratrie " de Wintzt " | Je suis Kike, un Lion/Lionne | Croisière | Hors Norme | Prison | Beau-Père | Londres | Christian | Précision | Éveil tardif | RER magique | MarocAliNice

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

decoupageshop.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à decoupageshop.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

🟢 1er Sept. | +26

Les nouvelles | 26

Plan d'un soir | 1 Chuuuut17
Plan d'un soir | 2 Chuuuut17
Expérience des saunas Hellboy62
Le nouveau voisin latino Jhbichaud
Un soir d’été Wmax
La salope | 1 Balous
Mon prof de techno rebeu Chris.77
Jean Claude Frank
Dorian, mon mâle Ddapell
Les deux blacks du métro Femelle
Plan suce rapide dans mon parking Femelle
À disposition pendant une nuit Alex
Mon père, ce cobaye Valent1
La soirée étudiante Femelle
Chez un client Femelle
Mon daddy… PierreH
Duo d'avocats | 1 Sasha Minton
Duo d'avocats | 2 Sasha Minton
Exposition à Lisieux Julien
Vacances découverte Ludo64
La salope du dimanche Abdon14
Initiations en Bretagne Kiwis
Partie de campagne Chrysippe
Copains d’école Frank
Baisé devant la loge de la concierge Femelle
Petit Slip José

Publie ton histoire

RETOUR AUX HISTOIRES

2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi


| Mise à jour : vendredi 17 avril 2020 à 22:21 |
©2000 decoupageshop.ru.
Retourner en haut


"histoire gay frere""histoire de cyrillo"ciryllo"histoires cyrillo""pute a rebeu"visiochatmaqueue"histoires inceste gay""histoires cyrillo""baise moi mon fils""orgasme gay"cyrillo.com"sexshop gay""histoire gay cyrillo""histoires gay cyrillo""sex toy gay""histoire gay internat"cyrillo.biz"porno gay gratuit""gay ardeche""histoire gay sm""histoire de sex gay""boxxman paris""histoire gay sm""histoire gay sexe""recit erotique gay""histoire gay cirillo"cyrillo.comcyrillogaycyrilllo"histoire gays""histoire gay soumission""histoire gay inceste""histoire de branlette""le blog de une histoire de mecs""anal gay"cyrilllo"maspalomas sexe""histoire gay scato""histoire gay gratuit""depucelage gay""récits gays""jouissance anal""depucelage douloureux""action ou verite chaud""histoire gay cyrillo""histoire gay sex""histoire gay grosse bite""histoire gay cousin""image cul""histoire sexe entre homme"cyrillo.com"pute à rebeu""histoire de sex gay""histoire érotique inceste""blog histoire gay""nudiste gay""erog blog gay""lieu drague gay""histoire de cul gay""plan suce""gay cyrilo""auto fellation""gay cyrillo""gai ero""histoires gay black""cul gay photo""histoire gay jeune""baise dans la voiture""baise a la chaine""histoire gay hetero""recit gay inceste""photo cul""baise en soirée""histoires erotiques gay""zone dial com""gay vide couilles""cyrillo photo""video gay routier""premiere fellation gay""cyrillo gay""il jouit dans sa bouche""sex gay""grosse bite gay""histoire gay cyrillo"